Home

La Série
News
Fiche Techn.
Casting
Episodes
Spoilers
Promo S5
Galerie

Fanzone
Sous-titres
Citations
Quiz
Bonus
Medias
Fanarts

Le Site
Liens
L'équipe
FAQ
Livre d'Or
Contact
Crédits



English Version

Trier les citations par   
ou par   


Episode 101

Michael : “Ted a vraiment un grand coeur. Mais ici, personne ne s’intéresse à la taille de cet organe.”

Brian : - Je lui laisse juste mon numéro de téléphone.
Michael : - Tu l’as écrit sur ta bite ?”

Emmett : “Porter de l’orange n’est pas donné à tout le monde !”

Lindsay : “Si nos parents ont foiré, on peut le faire aussi.“

Brian : “Je ne pouvais pas le renvoyer sans un petit-déjeuner riche en protéines...”

Brian : - Quel âge as-tu exactement ?
Justin : - Vingt... Dix-neuf... Dix-huit...
Brian : - Qu’est-ce que c’est ? Un lancement de missile ?

Brian : - Qu’est-ce qu’ils ont, les gamins d’aujourd’hui ?
Justin : - On a envie de s’envoyer en l’air, comme tout le monde.

Brian : Alors, tu viens ou tu t’en vas ? Tu “viens“, et puis tu t’en vas ? Ou tu viens, et tu restes ?

Brian : - Je suis Superman. Je vais te montrer le monde.
Michael : - Pourquoi c’est toujours moi Lois Lane ?

Brian : Maintenant, détends-toi. Je veux que tu te souviennes toujours de ce moment. Avec qui que tu sois, je serai toujours là.

Brian : Non, mais je vais botter ton petit cul serré de puceau si fort que tu ne pourras plus t’asseoir pendant une semaine !

Brian : Je te verrai dans tes rêves.

Justin : Je viens de voir le visage de Dieu. Il s’appelle Brian Kinney.



Episode 102

Justin : “Ses yeux étaient fermés, sa bouche était ouverte dans une sorte de sourire, comme s’il était ailleurs, dans un endroit magnifique, et cet endroit, c’était moi.”

Brian : Alors, Dawson, quoi de neuf, à Capeside ?

Brian : Je ne crois pas à l’amour. Je crois à la baise. C’est honnête, efficace. L’un dans l’autre, tu t’en tires avec un maximum de plaisir et un minimum d’emmerdements.



Episode 103

Michael : Pendant un instant, j’ai eu envie d’être lesbienne, moi aussi. Et puis, je me suis souvenu qu’il faudrait que je bouffe de la chatte, alors je me suis dit « Laisse tomber. »



Episode 104

Emmett : Quand je mourrai, promettez-moi qu’on ne me coudra pas la bouche, parce qu’en arrivant au paradis, je veux pouvoir aller voir Natalie Wood et lui dire : « Natalie, c’est Emmett ! Qu’est-ce qui s‘est passé cette nuit-là ? »

Debbie : - Tu ne sais pas qui tu es. “Connois-toi toi-même!” , comme l’a dit un Grec. C’était qui, déjà ?
Michael : - Zorba ?

Justin : Brûler de désir, c’est quand vous voulez quelque chose tellement fort que cela fait mal.

Melanie : J’ai dit : "Brian n’est pas la personne que tu dois rendre responsable de ta vie. Ce n’est qu’un sale petit pédé égoïste, égocentrique !" Et laisse-moi te dire une chose, ce n’est pas parce que tu suces des queues, mais parce que tu n’es qu‘un putain de lâche !



Episode 105

Brian : Melanie est jalouse, parce qu‘elle pense que tu m’aimes plus que tu ne l’aimes, et elle a raison.

Jennifer : - Il a dit au psy qu’il aimait la bite.
Debbie : - Eh bien vous voyez, vous avez déjà quelque chose en commun. Je parie que vous pensiez ne plus rien avoir à partager !

Justin : J’aime la queue. Je veux être foutu par des queues. Je veux sucer des queues. J’aime sucer des queues. Et je m’y prends assez bien, d‘ailleurs.



Episode 106

Brian : J’évite l’apitoiement. Ca me fait débander.

Emmett : "J’ai connu un type qui pouvait nouer une queue de cerise avec sa langue. J’avais peur de le laisser me sucer.”

Lindsay : - Justin a une incroyable perception des formes humaines !
Brian : - Oui, je l’avais remarqué aussi.

Brian : - Bien. Donnez lui de quoi s’occuper, comme ça il cessera de me coller !
Justin : - Arrête de te vanter !

Brian : - Les groupes, je m’en tape !
Lindsay : - Je croyais que ça t’arrivait.
Brian : - Quelquefois. Mais uniquement sur invitation.

Brian : - Il est top ou bottom ?
Ted : -Tu sais, tout le monde ne juge pas les gens selon tes critères, d’accord ?

Emmett : - C’est comme dans « Leçons de séduction». Parce que Barbra joue un prof moche - [à Ted] sans vouloir te vexer - qui épouse Jeff Bridges parce qu’ils ne veulent ni l’un ni l’autre avoir des rapports sexuels. Mais bien sûr, Barbra est excitée, parce que, bon, hé, Jeff est tellement canon, alors elle saute sur un Stairmaster pendant environ deux minutes, elle mange un morceau de carotte et hop ! elle est superbe. Et puis, elle arrive habillée comme la pute de « Nuts », Jeff veut la baiser et... heu... Ils finissent par danser dans la rue.
Ted : - Et dire qu’elle n’a toujours pas été nominée !

David : - Et toi, qu’est-ce que tu fais dans la vie?
Brian : - De la Pub.
David : - Alors, tu dois en savoir long sur la façon d’entuber les gens !
Brian : - Oui, je pourrais le faire dans mon sommeil.

Michael : - Je pense que l’artiste a pris certaines libertés...
Brian : - C’est parfaitement ressemblant !
Michael : - Allons, elle n’a jamais été aussi grande !
Brian : - Hé, tu ne l’as pas vue depuis longtemps...
Michael : - Je n’ai pas vu “Autant en emporte le vent” depuis longtemps non plus, mais je sais qu’il dure toujours trois heures et demie !

Roger : - Je croyais que tu ne voulais pas que le sexe soit tout ?
Ted : - Oui, mais je voudrais que ce soit quand même quelque chose.



Episode 107

Justin : Si tu veux me frapper, vas-y. Mais je vais pas me mettre à chialer comme une petite tapette. Et si tu veux m’envoyer au loin, vas-y aussi. Parce que je parie qu’on baise beaucoup plus dans les pensions que dans le back room du Babylon. Mais quoi que tu fasses, ça n’y changera rien, parce que je serai toujours ton pédé de fils.



Episode 108

Justin : - Je vais bientôt avoir 18 ans. Ce qui veut dire que je pourrai voter, m’engager dans l’armée et me marier.
Emmett : - Avec un peu de chance, pas tout le même jour !

Brian : Donc, en d’autres termes, pour que Justin puisse vivre avec vous, il doit renier ce qu’il est, ce qu’il pense et ce qu’il ressent. Alors, ce n’est pas de l’amour. C’est de la haine.

Brian : Ce n’est pas mentir, quand les autres vous poussent à mentir. Si la seule vérité qu’ils acceptent est la leur.



Episode 110

Brian : - 12 costumes Armani, 4 ceintures Gucci, 6 paires de chaussures Prada, envolées. Je commence à soupçonner un délit de gay à gay.
Lindsay : - Ca ne me surprendrait pas. Tu reçois plus de visiteurs que Disneyworld.

Justin : - Ne dis pas que tout va bien, et ne dis pas non plus du mal de Brian.
Melanie : - Ca ne nous laisse pas beaucoup de sujets de conversation.

Brian : - Ce n’est pas la Maison Blanche ! George Washington n’a jamais couché ici.
Justin : - C’est bien le seul !



Episode 111

Debbie : - David tenait à toi. Ca se voyait dans ses yeux. N’est-ce pas, Vic ?
Vic : - Je ne sais pas, j’étais trop occupé à regarder son torse.



Episode 112

Brian : - Tu as l’air surpris.
Ted : - Euh, non. Je serais surpris si j’avais gagné au loto, ou si un astéroïde avait heurté la planète, ou si Richard Simmons était hétéro. Non, dis plutôt “abasourdi”.



Episode 113

Michael : - Pas le Père Noël ! Ne me dis pas que tu t’es tapé le Père Noël !
Brian : - Quand même pas, parce que je n’aime pas les gros... Son lutin !



Episode 114

Brian : Oui, cette merde de crème de jouvence française coûte cent dollars le tube, et elle ne marche pas. Je n’ai toujours pas l’air d’avoir 19 ans.

Melanie : In-putain-de-croyable ! Seigneur, qu’est-ce que tu es ? Monsieur Teflon ? Les merdes n’adhèrent pas à toi ?



Episode 115

David : - Hank est intelligent, il est drôle, il joue du saxo ténor, il sait créer des sites Internet, il jongle...
Michael : - Génial. Quand trouve-t-il le temps de faire de la chirurgie du cerveau ?



Episode 116

Justin : - Le café provoque de l’hypertension, des attaques cardiaques, et il diminue les performances sexuelles.
Brian : - Je n’ai jamais eu de plaintes.

Brian : Ahhh, Melanie la martyre. Tu veux que je t’immole par le feu ?

Debbie : Ils sont ignares, et terrorisés. Et tu ne peux rien y faire, à part les éduquer ou les tuer. Moi, j’ai rejoint l’association P-Flag, parce que c’était plus raisonnable que de les tuer.



Episode 117

Lindsay (en robe de mariée) : - Qu’est-ce que tu en penses ?
Brian : - C’est comme dans un film... Un film d’épouvante.

Justin : Je t’injecte une dose mortelle d’affection. La technique a prouvé sa haute efficacité, quand on veut arriver à ses fins.

Brian : Eh bien, ne crois pas que tu as gagné. Que c’est terminé. Parce qu’à la minute où tu penses ça, tu es mort.
Justin : Pas tant que tu seras là pour me protéger.

Le proviseur de St James Academy : - Nous avons des leçons plus importantes à enseigner ici.
Jennifer : - Que la tolérance ?

Brian : D’accord, je suis un père merdique. Est-ce que c’est surprenant ? Je perpétue une noble tradition familiale !



Episode 118

Michael : - Je ne veux pas être un saint. Je veux être un salaud brutal, sans coeur, qui baise qui il veut sans état d’âme ni remord !
Brian : - Désolé, la place est déjà prise.



Episode 119

Justin : - Tu te vois faire l’amour quand tu auras 100 ans ?
Daphne : - Je ne peux déjà pas l’imaginer maintenant.

Michael : - Mon dieu, Brian, ton père vient de mourir ! Comment tu peux te faire sucer la queue dans ce moment-là !
Brian : - C’est le spécialiste qui m’aide à faire mon deuil.

Emmett : - Comment peux-tu savoir si tu en es capable ? [que Justin couche avec Daphne].
Brian : - Parce qu’à son âge, on bande rien qu’en se frottant à un arbre.

Lindsay : - La plupart des femmes ont du mal à séparer l’amour du sexe, contrairement aux hommes.
Melanie : - Oui, c’est toujours ce que j’ai surtout reproché aux hommes.

Michael : - Qu’est-ce que tu fais ?
Brian : Attends, je tripote. Ce n’est pas toujours ce que tu as voulu, Michael ?
Michael : - Quoi, une baise avinée pour t’empêcher de penser à ton père ? Je n’ai jamais voulu ça.



Episode 120

Brian : - Qui peut être intéressé par un groupe de minets bodybuildés qui dansent en string, de toutes façons ?
Debbie : - Etant donné que tu as baisé les vainqueurs des dernières années, toi !

Michael : - David se lève à six heures tous les matins et court huit kilomètres, pendant que tu es encore au lit.
Brian : - Je pense que c’est là que je fais mes meilleurs exercices cardiovasculaires.

David : - Le problème de ce concours, c’est qu’il montre la pire des faiblesses de la culture gay...
Brian : - Il expose plus que ça, doc.
David : - Et c’est notre obsession presque pathologique pour la jeunesse, la beauté, et les corps musclés...
Brian : - Je sais, quelle horreur.
David : - Et tant que nous ne nous serons pas libérés de notre adolescence étriquée et de nos valeurs superficielles, nous serons toujours des gamins, jamais des hommes.
Brian : - Mon dieu, c’est fini ?
Michael : - Je trouve que ce que dit David est profondément sensé.
Brian : - Je trouve que c’est profondément merdique. Une opinion énoncée comme une vérité par un groupe d’hypocrites, de jaloux, de repentants, de honteux, quarantenaires, frustrés sexuels, pédés pseudo-intellectuels qui rêveraient d’être hétéros.

Brian : - Quand tu étais enfant, tu sauvais les oiseaux qui avaient une aile brisée ?
Ted : - Qu’est-ce que tu faisais, tu leur arrachais la tête ?

Brian : - Je lui ai appris tout ce qu’il sait.
Justin : - Sauf danser.

Justin : - Au bout d’un moment, il est devenu vraiment collant. Il voulait savoir quand il me reverrait.
Brian : - Alors, qu’est-ce que tu lui as dit ?
Justin : - Je lui ai dit qu’il pourrait me voir dans ses rêves.



Episode 121

Justin : - Je l’aime, Michael.
Michael : - Je sais. Raison de plus pour que tu le laisses partir.



Episode 122

Brian : - Tu sais, c’est exactement ce qui me manque... aller danser avec une bande de foutus ados de 18 ans !
Justin : - Je croyais que tu aimais les “foutus” ados de 18 ans !

Vic : - Il y a de tout sur les timbres maintenant. Des compositeurs, des oiseaux, et même les Three Stooges. Quand est-ce qu’ils vont mettre les “Pédés célèbres” ?
Debbie : Tu pourrais être sur le timbre de 69 cents, mon chou !

Lindsay : - Soit, tu as 30 ans. [...] C’est le début. Une infinie nouvelle façon de te considérer tel que tu es, de ressentir une nouvelle forme absolue de plénitude et d’accomplissement.
Brian : - C’est le slogan de la pub pour la crème anti-âge “La Jeunesse”. C’est moi qui ai écrit cette putain de formule !
Lindsay : - Eh bien, il faut croire que je ne cite que les grands auteurs.

Lindsay : - Je veux des rides, je veux des cheveux gris, je veux que Gus fasse de moi une grand-mère. Je veux vieillir auprès de Melanie.
Brian : - Tu veux que je dégueule tout de suite, ici ?

Ted : J’ai pensé que tu aimerais écouter ça.
Blake : La Traviata
Ted : Ton opéra préféré.
Blake : Oui, c’est le seul opéra que je connaisse. Sauf que tu m’as dit qu’à la fin, ils se retrouvent et chantent de nombreux somptueux duos...
Ted : Ca doit être dans la suite, La Traviata 2 !

Michael : Tu seras toujours jeune, et tu seras toujours beau. Tu es Brian Kinney, nom de dieu !



Episode 202

Brian : Tu m’as raccompagné jusqu’à la Jeep, et on a plaisanté, dansé. Je t’ai embrassé et je t’ai dit “à plus tard”. Et puis, tu t’es retourné et tu as souri. C’est là que j’ai compris pourquoi Debbie t’appelais Sunshine.



Episode 204

Emmett : - Attention, la Gay Pride est un péché !
Justin : - Dans ce cas, j’irai en enfer.



Episode 205

Justin : - Je te promets de te laisser me sucer demain soir.
Brian : - Qui dit que j’en aurai envie ?
Justin : - Tu en as toujours envie, ce qui est en quelque sorte hallucinant quand on y pense. Je veux dire, à ton âge.

Brian : Rêver est pour les gens qui aiment dormir. Je préfère être éveillé et baiser.



Episode 206

Brian : Donc, quand je sors tard le soir, tu peux en déduire que je fais exactement ce que j’ai envie de faire : je baise. Et quand je rentre, je veux aussi faire exactement ce que j’ai envie de faire : revenir pour te retrouver à la maison.



Episode 207

Leda : Salut, je suis Leda !
Brian : L’ex diabolique de Melanie ?
Leda : Et tu dois être l’antéchrist... Je suis une grande fan !

Michael : - Emmett est une star, maintenant.
Brian : - Sa queue est une star… Il est juste le support vital.

Lindsay : - J’espérais que c’était la harpiste !
Brian : - Je fais dans le mirliton, pas dans la mandoline.

Brian : Quelque chose d’autre ?
Lindsay : Rase-toi !
Brian : Mes couilles sont lisses comme une peau de bébé !

Melanie : - On essaie de faire en sorte que les parents de Lindsay se sentent comme chez eux.
Brian : - Alors, vous auriez dû louer des cercueils.



Episode 209

Emmett : Bon, j’ai fait un flic, un cowboy, un chef indien. Je pense que j’ai fait tout le Village People.

Brian : Seigneur, je lui avais dit d’arrêter le Slimfast !

Joan : Chaque fois que je viens ici [à l’église] j’ai une sensation de calme, de paix intense. Je sais qu’on veille sur moi. Je suis protégée. A l’abri.
Brian : Ouais, eh bien, un bon système de sécurité aurait le même effet, et à la longue, il t’aurait coûté moins cher que toutes ces oboles que tu as lancées dans les sébiles depuis des années.

Brian : Comme si j’en avais quelque chose à foutre de ce que Dieu pense de moi. C’est plutôt lui qui devrait s’inquiéter de ce que je pense de lui. Dans cet univers froid et mort, nous sommes les seuls à savoir qu’il existe. Sans nous, il ne serait rien.



Episode 211

Brian : Les gouines n’ont pas tout, c’est pour ça qu’elles sont si malheureuses.

Brian : Ca me rappelle une scène d’Alien, l’un des plus grands films métaphoriques de tous les temps sur le Sida. Nos courageux éboueurs intergalactiques, dirigés par la super-gouine Ripley, sur qui tu as manifestement pris modèle, roupillent tranquillement dans leurs couchettes pendant leur long voyage de retour, quand soudain, le monstre réapparaît.

Brian : Alors, tu me plantes pour voir deux gouines se marier ? [...] Je pense que tu es un connard égoïste et sans coeur... Continue le bon boulot.

Brian : Comme d’habitude, c’est moi qui suis le plus objectif. Réfléchissez : vous ne voulez pas vraiment que je vienne, n’est-ce pas ? Je vais être obligé de me camer au point de devenir accro, rien que pour venir. Je serai ivre, je m’emmerderai, sans compter que je serai plus beau que les mariées. Je choquerai toutes les gouines. Je foutrai la zone dans la cérémonie. Je vais danser sur la table, et immanquablement baiser tous les types mignons - gays, hétéros ou indécis - de l’endroit. A la fin, je vais m‘évanouir, nu, en accusant votre bibine bon marché. Vous allez perdre votre dignité, vos amis et votre chemise pour rembourser les dégâts. Bon sang ! Je vous rends un sacré service en quittant la ville.



Episode 213

Ted : - Quel genre d’homosexuel es-tu ?
Brian : - Le genre qui baise des hommes.

Lindsay : - Ne t’angoisse pas.
Brian : - Si mon rythme cardiaque était un peu plus bas, ça voudrait dire que je suis mort.

Ted : Votre spectacle de ce soir était pétillant.
Emmett : Bouillonnant !
Ted : Effervescent !
Divina Devore : Arrêtez, vous allez me faire roter !

Michael : - Allons ! Nous avons les mêmes yeux, le même nez, la même bouche ! Ose me dire que ce n’est pas mon menton !
Debbie : - Même pas approchant. Et crois-moi, je connais les mentons. J’en ai plusieurs.



Episode 214

Brian : Tu sais, ça doit être vrai, ce qu’il disent à propos de la musique assourdissante qui endommage les tympans. Je pourrais jurer que je viens de t’entendre dire “Si tu étais moi” ?

Brian : - La raison pour laquelle tu n’as pas de petit ami, c’est parce que tu n’en veux pas. Si tu en avais un, cela remettrait en cause l’opinion bien établie que tu a de toi-même en tant que tas de merde inutile que personne ne veut. Donc, tu cours après des types dont tu sais à l’avance qu’ils vont te rejeter. Et puis, tu restes là, à te plaindre comme une collégienne alors qu’en réalité, tu as récolté exactement ce que tu cherchais, en gros... que dalle.
Ted : - Merci, Docteur Kinney, tu m’as épargné des années de psychanalyse, sans compter plusieurs milliers de dollars d’honoraires.



Episode 215

Brian : Vous avez enfin quelque chose en commun, vous deux, à part moi. Et quel soulagement de ne pas être le centre d’intérêt du monde entier !

Justin : - Ca pourrait être comme ça que Rage rencontre l’amour de sa vie.
Michael : - Je pensais que Rage ne croyait pas à l’amour.
Justin : - Ha ! C’est ce que nous lui laisserons croire.

Michael : - La créativité n’obéit par à une pointeuse !
Brian : - Oh mon dieu, c’est si profond ! Tu ne quittes pas une minute, le temps que je le note ?

Brian : Je ne suis pas un connard, on m’a dessiné comme ça.

Brian : - Je ne suis pas jaloux. La jalousie est un truc de lesbiennes.
Debbie : - Eh bien, dans ce cas, tu devrais te mettre à lécher de la chatte, parce qu’il y a un monstre aux yeux verts à l’intérieur de toi, qui te dévore les entrailles.

Michael : Bien, au moins maintenant, nous connaissons le talon d’Achille de Rage, et ce n’est pas la Kryptonite.

Brian : - Ce que j’ai fait était immature, infantile, vindicatif. C’était un acte de cruauté basé sur des peurs irrationnelles et une jalousie infondée. Si j’étais à votre place, je ne me parlerais plus jamais.
Michael : - C’est excellent. Alors, pourquoi est-ce que je te préfère quand tu es cynique et sans scrupules ?



Episode 216

Brian : - Tu en demandes trop. Tu espères trop. Et puis, quand ton héros te déçoit, ton pauvre petit coeur se brise.
Michael : - Quelle est l’alternative ? De ne rien espérer ? De ne rien vouloir ? Comme toi ?



Episode 217

Emmett : Il est bien meilleur de donner que de recevoir... sauf au lit.

Gardner : - La rumeur dit que vous êtes gay ?
Brian : - La rumeur dit vrai. Mais à part si je vous baise, ce n’est pas votre affaire.

Justin : - Je veux un petit ami qui désire être uniquement avec moi, qui veut rester à la maison de temps à autre, qui soit au moins jaloux quand un autre type est train de me sucer devant lui.
Michael : - Ca, ce n’est pas Brian. Ca ne le sera jamais.



Episode 219

Justin : - Tu m’as fait peur !
Brian : - Du calme, ce n’est pas ce genre de scène de douche !



Episode 220

Ethan : - Au moins, je sais maintenant pourquoi tu es avec lui. Mon dieu, il est superbe. Il doit être génial au lit.
Justin : - Oui, il l’est. C’est quand nous ne sommes pas au lit qu‘il y a un problème.

Debbie : - Pourquoi je ne suis pas dedans [la bd Rage]? Quoi, les super-héros n’ont pas de mères ?
Vic : - Qui lave leurs collants ? Qui repasse leurs capes ?

Ted : - Em, tu es vraiment en grande forme. Ton dos est aussi large que le Texas, ton ventre plat comme le Kansas, et la Floride est magnifique à ce moment de l’année.
Emmett : - Bien, arrêtons-nous avant d’arriver au Grand Canyon.

Justin : - Il [Ethan] m’a dit que j’étais tout ce qu’il désirait.
Brian : - Ils se servent encore de celle-là ?

Brian : - Alors, combien mesure sa bite ?
Justin : - Ca n’a aucun rapport.
Brian : - Tu aimes la queue. Tu l’aimes au fond de ta gorge, tu l’aimes dans ton cul, tu aimes la chevaucher et, après avoir joui, tu aimes t’endormir en la gardant à l’intérieur de toi.



Episode 301

Brian : Je ne l’ai jamais aimé. Et même si c’était le cas, je ne lui aurais jamais demandé de mettre ses exigences au-dessus des miennes, ni d’être quelque chose qu’il n’est pas pour me faire plaisir. Je lui ai dit que s’il n’avait pas ce qu’il désirait, il pouvait aller le chercher ailleurs.
Lindsay : Eh bien, il a sans doute bien appris sa leçon.



Episode 303

Ethan : - Hé, Jus, mon copain Collier veut savoir si mon amant imaginaire m’accompagnera à sa soirée...
Justin : - Dis-lui que je préfèrerais manger de la merde et mourir.
Ethan : - Il dit qu’il a hâte de te rencontrer.
Ethan : - Dis-moi, pourquoi es-tu aussi asocial ?
Justin : - Je ne suis pas asocial, c’est juste que je ne peux pas supporter les gens.

Michael : (à propos de la Corvette) - Eh bien, c’est un sacré morceau pour compenser une thérapie de remplacement de petit ami.
Brian : - Je n’ai pas de petit ami. Je n’ai jamais eu de petit ami.
Michael : - D’accord. Alors, ça doit être le démon de midi.
Brian : - Je n’ai que 30 ans.
Michael : - Plus un.

Ethan : - Un artiste réalise toujours ses meilleures oeuvres quand il a quelqu’un qu’il aime pour l’inspirer.
Brian : - Heu. Oui, c’est ce que j’ai entendu dire.

Justin : - Donc, tout tourne autour du sexe.
Brian : - Ou bien autour de la mort, mais la mort ne fait pas recette.



Episode 304

Michael : - Où as-tu trouvé ces déménageurs canons ?
Ted : - Sous la rubrique “Déménageurs Canons” des Pages Jaunes Gays.
Emmett : - En fait, elles sont roses.



Episode 305

Debbie : - Quand as-tu voté pour la dernière fois ?
Brian : - Voyons... Ca doit être le jour du concours du plus gros service trois pièces au Woody’s.

Debbie : - Beaucoup de gens sont pétrifiés, sous la pression. On appelle ça l’angoisse de la performance. N’est-ce pas, Brian ?
Brian : - Jamais entendu parler de ça.

Brian : Il n’y a rien de noble à être pauvre.

Ethan : - Vous auriez certainement aussi joué pour les Nazis.
Brian : - Si cela m’avait permis de rester vivant un jour de plus, tu as sacrément raison, je l’aurais fait.

Brian : Tu espères qu’il va sacrifier sa carrière pour un beau petit cul blond ? C’est ça, ta conception de l’amour véritable, Sunshine ?



Episode 306

Brian : Où as-tu eu cette bague ?
Justin : Ethan
Brian : Comme c’est romantique !
Justin : Tu n’y connais foutrement rien en romantisme.
Brian : Garde tout.
Justin : C’est un gros pourboire.
Brian : Tu pourrais peut-être lui acheter des fleurs ?Je suis sûr qu’ils adorerait ça.



Episode 307

Brian : Est-ce que je ne percevrais pas une fausse note dans le tendre refrain amoureux ?



Episode 308

Brian : - Tu as aussi compris que tu allais devoir travailler pendant de longues, difficiles heures, quelquefois très tard dans la nuit ?
Justin : - Ce sera un plaisir de travailler sous vos ordres, monsieur.
Brian : - Et tu ne joueras plus jamais de violon en ma présence.
Justin : - Je promets
Brian : - Bon, eh bien, dans ce cas... tu peux commencer... immédiatement.



Episode 309

Ben : - Oui, vous avez bien vu. La plus fameuse réunification historique depuis celle de l’Allemagne.
Emmett : - Qu’est-ce qui est arrivé au violoniste ?
Michael : - Il est tombé du toit.

Debbie : - Eh bien, n’est-ce pas l’homme qui est derrière le trouduc ?...
Michael : - Brian est toujours derrière le trouduc !

Rancard de 11 heures de Brian : - Qui est-ce ?
Brian : - Il est difficile de répondre à la question, étant donné la limitation du vocabulaire, et la façon de penser conventionnelle de la plupart des gens... Disons simplement que c’est le "type baisé plus d’une fois".
Justin : - Contrairement à toi !



Episode 311

Brian : - Comme c’est le dernier spot avant les élections, je veux quelque chose de panoramique, une épopée à grand spectacle...
Dominic (l’assistant de Stockwell) : - “Le Seigneur des Anneaux” en 30 secondes ?



Episode 312

Hunter : - Tu veux baiser ?
Brian : - Ravi de te connaître également.

Hunter : - Et si je te payais ?
Brian : - Je suis au-dessus de tes moyens.

Justin : - Alors, qu’est-ce que tu veux que je dise exactement à ce mec ?
Brian : - Oh, reste naturel. Charme-le avec des réparties spirituelles, “Tu voudrais défoncer mon cul tendre et serré ?“... Et là, quand il est occupé à te baver dans le cou, tu empoches discrètement son mégot de cigarette.
Justin : - Tu vas me devoir au moins cent pipes pour ça.



Episode 313

Hunter : - Putain de bordel, c’est comme dans un film !
Brian : - Je n’ai aucun souvenir d’une scène comme celle-là dans un film nominé pour la meilleure image.

Michael : - Tu as couché avec l’assassin ?
Hunter : - Et alors, quelle affaire, j’ai utilisé un préservatif.
Brian : - Bien, vos sermons sur le sexe protégé ont payé.

Hunter : - Je voulais juste aider.
Michael : - Tu voulais impressionner Brian !
Brian : - Ouais, eh bien, il ne serait pas le premier !

Brian : Si quelqu’un m’avait dit ce que tu manigançais, j’aurais viré ton cul... s’il n’y avait pas eu ma bite dedans...

Michael : - Il a déjà un petit ami !
Hunter : - C‘est vrai ?
Brian : - Dans un sens indéfini et non conventionnel, oui !



Episode 314

Brian : - Dans le temps, c’était un royaume magique plein de lutins et de fées.
Justin : - Maintenant, c’est comme si on regardait Le Magicien d’Oz à l’envers.

Brian : - Je crois que je découvre la dépossession. J’ai besoin de m’étendre.
Justin : - Heureusement que tu n’as pas vendu ton lit !
Brian : - J’aurais plutôt vendu un rein.

Justin : - Mon dieu, Brian, tu n’as même plus de voiture, maintenant !
Brian : - Oui, je crois que maintenant, j’ai tout perdu.
Justin : - Pas tout à fait tout.

Brian : Vous savez, Stockwell est peut-être un enfoiré, mais au moins, ce n’est pas une chochotte !





Haut de page
Sondage
Qui vous agace le plus?
Résultats



Partenaires
Fabulous Queers
Forum QaF

Séries Très Gay

Votez pour ce site




Visiteurs

Total : 314526
Aujourd'hui : 26