Home

La Série
News
Fiche Techn.
Casting
Episodes
Spoilers
Promo S5
Galerie

Fanzone
Sous-titres
Citations
Quiz
Bonus
Medias
Fanarts

Le Site
Liens
L'équipe
FAQ
Livre d'Or
Contact
Crédits



English Version

Interview de Lisa France la réalisatrice de THE UNSEEN :
Jupak.com - 2004

Jupak : Depuis combien de temps The Unseen est-il en production ?
Lisa : J'ai écrit "The Unseen » en juillet 2003. J’ai du alors faire une pause pour voyager avec mon premier film "Anne B. Real." Moi et mes producteurs Luis Moro et Phillip Bloch avons développé le scénario pendant ce temps et obtenu une version définitive en février 2004. Finalement, nous sommes entrés en production en juin 2004 après que Duane Wandless, notre producteur exécutif ait rassemblé le reste de l’argent dont nous avions besoin. Nous sommes actuellement en post-production au Lab 601 à Atlanta à deux semaines seulement du produit final.

Jupak : Étant la scénariste/réalisatrice/productrice du film, avez-vous eu le sentiment d’avoir le contrôle ?
Lisa : C’était très schizophrène. Vous marchez sur une ligne étroite quand vous vous battez contre vous-même pour quelque chose. La réalisatrice/scénariste veut que tout ce qu’elle a écrit apparaisse à l’écran et la productrice doit dire à la réalisatrice/scénariste qu’elle ne peut tout avoir parce que cela coûte trop cher.
Michael Stipe (le chanteur de REM) a écrit une chanson « World Leader Pretend »et je trouve les paroles d’ouverture très parlantes sur le fait d’être un trait d’union : « Je m’assois à ma table je me fais la guerre à moi-même. Il semble que tout ça c’est pour rien » Et naturellement vous savez que ça n’est pas pour rien mais parfois vous pensez que vous pourriez rejoindre les Peace Corps (organisme américain de coopération qui envoie des volontaires dans le Tiers-Monde) au lieu de vous battre au téléphone contre les 20 dollars de supplément pour une voiture d'appui.

Jupak : Quels sont certains des principaux obstacles auxquels vous avez du faire face pendant l'écriture ou la production ?
Lisa : Le premier est l’argent. Je n'ai jamais eu assez d'argent pour filmer le scénario que je dirigeais ; donc Luis et moi essayions toujours de proposer des manières d'être créatif malgré ce problème. C’est déjà assez dur de  proposer une histoire qui soit nouvelle, excitante et captivante, alors quand il faut aussi trouver la manière de raconter cette histoire avec un petit budget… C’est dur. Par exemple, j’avais planifié avec mon caméraman Jim Hunter de tourner avec l’ensemble de la distribution un plan très cher avec une grue. Moins de 24h avant le tournage, une plus grosse production pouvant supporter le prix de la grue ( nous avions obtenu un prix) nous l’a soufflée sous le nez. C'était, de loin, le plan le plus cher du film. Je ne me suis pas troublée pour autant, j’ai remarqué que mon caractère s’est modifié depuis que je suis devenue réalisatrice. Tout semble possible, en bien ou en mal, vous devez simplement être prêt à tout et absorber l’impact de n’importe quel incident. Luis n’a pas abandonné le plan et a trouvé un camion avec un élévateur qui pouvait aller jusqu’à 60 pieds dans les airs. Nous l’avons loué pour 50 billets ; ce n’est pas aussi coulant qu’avec une grue mais je pense que les spectateurs seront surpris par la fluidité, c’est très joli.

Jupak : Avez-vous un conseil pour de jeunes réalisateurs ou scénaristes ?
Lisa : Le faire par soi-même sans attendre quiconque. Avec l'arrivée du numérique, n'importe qui peut faire un film. C'est à la fois positif et négatif… Sérieusement, vous n’avez besoin de personne. Vous pouvez acheter une caméra, les lumières minimales,  l'équipement sonore, un logiciel de montage pour moins de 30 000 dollars et avoir un mini-studio. Si vous êtes vraiment intelligent, vous pouvez tourner votre film dans l’ordre et n’avoir aucune coupe ! Je l’ai déjà fait auparavant comme un exercice et c’est très utile à la fois comme un entraînement et une aventure.

Jupak : Pouvez-vous me parler de l’intrigue et des personnages de THE UNSEEN ?
Lisa : L'idée fondamentale est que parfois vous pensez avoir vu quelque chose et qu’à partir de là vous faites des jugements, prenez des décisions, commettez des actions qui affecteront votre vie et celle des autres mais que se passerait-il si vous n’aviez pas vu ce que vous pensiez avoir vu ? Le film est à propos des choses « non vues » (« unseen ») dans la vie qui dirigent la vie.

Jupak : Quand pouvons-nous espérer voir THE UNSEEN dans les salles ?
Lisa : Nous n'avons pas encore de distributeur mais nous avons soumis notre film à Sundance et à Berlin et nous croisons les doigts pour qu’il soit accepté par l’un ou l’autre ou les deux. C'est le rêve de la plupart des réalisateurs de films indépendants et ce serait une bénédiction si tout se résolvait ainsi pour nous.

Jupak : Michelle Clunie et Gale Harold, de la série QAF sur Showtime , sont les stars de THE UNSEEN. Quelle est leur relation à l’écran et à la ville ?
Lisa : Ils sont étonnants ensembles ! Ils sont bons amis et ont une merveilleuse chimie dans leur jeu. Tous les deux ont un talent terrible et ils ont vraiment poussé leur performance jusqu’à la limite. Tous les acteurs l’ont fait… J'ai souvent pensé à ce par quoi ils devaient passer à jouer dans une série la même chose jour après jour, année après année … Ce film leur a donné l’opportunité d’étendre la palette de leur jeu et de jouer quelque chose qu’ils n’ont pas l’habitude de jouer. Dans "THE UNSEEN », ils jouent un couple avec beaucoup en jeu. Le personnage de Michelle pousse vraiment celui de Gale à aller là où il n’a pas envie d’aller. Le personnage de Gale « Harold » est destiné comme celui de Carlos Leon,  « Juan » dans « Anna B.Real »,  à être chargé de feu et de pathos. Quant au personnage de Michelle « Kathleen », il est l’amour et la force du film.



Retour
Sondage
Qui vous agace le plus?
Résultats



Partenaires
Fabulous Queers
Forum QaF

Séries Très Gay

Votez pour ce site




Visiteurs

Total : 318092
Aujourd'hui : 30